Ressourcement en Sologne

By 4 juillet 2017Nature Féminine

Ressourcement Inspiration et Nature

Invitée par une amie, j’ai passé quelques journées de Ressourcement en Sologne dans un lieu enchanteur. Du vert à perte de vue: c’est la Sologne. L’arrivée est digne d’un conte de fées : une magnifique allée d’arbres débouche sur une barrière qui protège l’enceinte de ce domaine de 20 hectares. Tout cela donne sur un manoir entouré d’une dépendance Une atmosphère féerique, une nature préservée. Ainsi, en entrant dans ce domaine, j’ai la sensation de franchir une porte, la porte d’un autre monde. Une dimension presque magique. Je suis accueillie par Sylvie et Nathalie, deux sœurs qui vivent dans le lieu avec Olivier et Dominique. Un véritable havre de paix. Arrivant de quelques journées intenses à Paris, les deux premiers jours, je vis une grande fatigue, mais, en réalité, je décompresse. Nous habitons dans les dépendances, très peu entretenues elles aussi. Je suis sous le charme.

La pureté du lieu

Mon séjour se déroule sous l’égide de la Quête du Graal et Avalon. Sylvie est une femme qui a beaucoup étudié ces questions. Elle me fait découvrir la poésie du lieu. Le jardin est maintenu dans un esprit complètement sauvage et préservé de l’empreinte de l’homme. Comme pour y préserver une forme de pureté ou de sacralité naturelle dans le lieu. Les hôtesses y tiennent d’ailleurs particulièrement. Je parcours régulièrement une allée de vieux cèdres qui exhalent leur odeur, plongeant mes sens dans une douce quiétude. Un dialogue s’opère entre nous et je remercie la majesté de ces êtres que sont ces arbres puissants. Le domaine n’est pas ouvert au public, il semble qu’il gagne à être préservé, protégé. C’est ce qui lui donne sans doute ce cachet si particulier. Le vieux château n’est malheureusement pas entretenu. Nous habitons dans les dépendances, très peu entretenues elles aussi. 

L’eau porteuse des mémoires du monde

Le second jour, il fait très chaud et nous prévoyons une baignade dans les eaux du Cher. Après un déjeuner au jardin copieux et délicieux : carottes, petits pois frais et pommes de terre en julienne accompagnés de thé fumé à la crème chantilly (de la chantilly au lait de riz !), nous partons au bord de ce beau fleuve qu’est le Cher. Saules argentés, fleurs d’algues, sols sablonneux, brise légère,…. c’est un délice et par dessus tout une immersion en nature pleine de poésie.

Des grenouilles aux libellules bleutées, c’est un vrai plaisir pour les yeux, une relaxation pour les sens. La brise légère et caressante, le chant des grenouilles, l’accouplement curieux des libellules apportent le doux divertissement du vivant. Le contact avec la douceur de l’eau par ces journées de chaleur est une invitation à revenir à soi. L’eau est un thème fort dans mon cheminement. Porteuse des mémoires du monde, de toutes les mémoires du monde, elle est un véritable reflet de nos pollutions intérieures et extérieures puisqu’elle absorbe tout. Au contact de l’eau, la vie semble plus intense et la beauté est exaltée. Les partages amicaux dans le jardin avec des amis de passage laissent une empreinte paisible à la journée. Ainsi, ressourcement et Nature sont au rendez-vous.

En soirée, nous préparons une cérémonie pour célébrer la Terre, la Nature florissante et les Arts. En effet, nous voulons honorer tout cela comme dans les anciens temps pour se rappeler combien nous sommes dépendants de la nature, de l’eau, du feu, de l’air, de la terre. L’essence des choses. Ce voyage effectué sous l’auspice des Dames du Graal et aussi de la mythique Avalon est le présage de plusieurs synchronicités qui vont m’amener à prendre le chemin de l’Angleterre quelques semaines plus tard.